de Doullens La citadelle

Association la Citadelle

Association LaLa citadelle

Demain, la citadelle

Retrouvez-nous aussi, contactez-nous sur : Nos liens | Mentions légales
Accueil l'association La citadelle Evénements boutique nous joindre
E-mail: contact@lacitadellededoullens.fr

 Doullens passe en alternance sous domination du royaume de France, sous gestion du comte de Saint Pôl du 13e au 15e siècle. C’est dans cette période qu’est construit le beffroi, autrefois le siège de la maison communale, beffroi qui est désormais classé au patrimoine de l’Unesco.


Alternance, encore ! Domination, confrontation toujours ! La France, les Bourguignons luttent pour imposer leur pouvoir jusqu’aux portes de Doullens.  La ville fait alliance avec Jean Sans Peur. Le traité d’Arras (1435) officialise la gestion bourguignonne avec l’abandon quasi obligé de la couronne de France de cette place forte. Souvent, nous entendons que  Doullens, ses fortifications sont la résultante d’une place au portes d’un royaume, à la « frontière ». C’est vrai ! Mais tout dépend les époques et de quel côté nous sommes placés.


En 1463, Louis XI rachète notamment Doullens quatre cent mille écus, afin que les Bourguignons soient éloignés de Paris et que soit oublié ce traité moins glorieux pour la couronne de France avant de revendre la ville…aux Bourguignons….deux ans plus tard avant de récupérer les lieux, ordonner le démantèlement des fortifications une décennie plus tard. 1476, Doullens retourne sous giron Bourguignon avec Charles le Téméraire. Il faut attendre la mort de ce dernier pour que Doullens repasse sous le pavillon français, la ville reconnaissant l’autorité du roi de France (1477).


Jusqu’en 1529, la ville reste structurée autour de ses fortifications, de son château avec des consolidations, des rénovations comme l’atteste des comptes et documents de cette période avant parfois des phases de destructions avec les anglais. La menace bourguignonne est encore là ! Enfin pas directement. L’alliance de Marie de Bourgogne avec le royaume d’Espagne entraîne le pays ibérique dans un nouveau conflit larvé. Doullens se retrouve bon gré malgré plongé dans le trouble des jeux politiques, militaires, stratégiques. La paix des dames dit traité de Cambrai en 1529 est à double tranchant pour le secteur. Le royaume de France cède notamment l’Artois, la Flandre à l’Espagne. Doullens reste sous giron français…mais se retrouve en première ligne, première ville à la frontière du royaume. François 1er le comprend et décide de renforcer le lieu, c’est la naissance d’une place forte plus structurée, lieu que l’on appelera à terme l’ancienne citadelle.






Dourlens, Dourlans, Doullens,…était au XIIe siècle sous la protection du comté de Ponthieu. Une série de parchemins originaux comporte divers titres constitutifs des droits de la commune de 1213 à 1600. Elle s’avère être une source précieuse pour l’histoire locale, des mentions sur les fortifications de Doullens apparaissent ici ou  là.









Un embryon défensif sur le site de Doullens

La citadelle  est en quelque sorte l’héritière d’une longue évolution des fortifications de Doullens. Un embryon de défense est très probable, de nombreux faisceaux d’indices nous permettent d’émettre une théorie, celle de l’existence d’une fortification, un château, voire d’une motte féodale. Elle pourrait constituer le socle depuis au moins le 10e siècle d’une structuration progressive sur plusieurs siècles d’une fortification dans le secteur. La citadelle correspond à l’achèvement de cette évolution séculaire bien que ce développement progressif du système défensif repose sur différentes explications pas toujours liées, pas toujours logiques car fortement dépendant de la géopolitique, des moyens, des stratégies, des événements. On pourrait à titre d’exemple mettre en avant un extrait d’un des parchemins datant de 1337,  où il est expressément indiqué que le château de Doullens se situe sur les hauteurs de Doullens.



Une domination alternée, une période instable

Merci Vincent !