de Doullens La citadelle

Association la Citadelle

Association LaLa citadelle

Demain, la citadelle

Retrouvez-nous aussi, contactez-nous sur : Nos liens | Mentions légales
Accueil l'association La citadelle Evénements boutique nous joindre
E-mail: contact@lacitadellededoullens.fr

Sous l’ère napoléonienne, Doullens ne se développe plus. La citadelle reste cependant mobilisée pour les garnisons, pour les royalistes. Napoléon lui préfère la création de 8 nouvelles prisons dites petites bastilles, des maisons centrales. Le retour de la monarchie entraîne une utilisation plus forte, notamment pour les bonapartistes. En 1835, le 22 janvier, la citadelle de Doullens est affectée aux individus condamnés à la déportation et à la détention, elle devient officiellement une prison d’Etat, évolution qu’elle avait déjà connu un siècle plutôt. Un juste retour des choses si l’on puis dire ainsi.  La prison va se développer en dehors du site primitif comme l’indique le schéma ci dessous.

Des amnisties générales vident parfois la citadelle des condamnés politiques. Cependant les journées révolutionnaires de 1848 vont entraîner une vague d’arrestations, de nombreuses personnalités tels que Raspail, Barbès, Blanqui, Martin Bernard, Joseph Sobrier seront ainsi détenus à Doullens. Autre évolution  c’est  le travail des prisonniers qui apparait petit à petit,  une évolution qui jette les bases de la prison-travail dans la citadelle.

Mi- 19ème, la citadelle se spécialise dans l’accueil de femmes. Elle devient une maison centrale jusque 1895, l’urbanisme à l’intérieur se développe fortement pour permettre de recevoir jusqu’à plusieurs centaines de détenues.


« Cette maison, destinée à recevoir les femmes condamnées à plus d'un an de détention, peut contenir plus de 500 détenues, qui sont généralement employées à des travaux de couture. La surveillance des femmes est confiée à 16 religieuses de l'Ordre de Marie-Joseph. »


Le ministère de la justice décide le 20 janvier 1887 de fermer la prison pour faire « des économies » mais heureusement cette décision ne sera effective de suite. Quelques années plus tard, les prisonnières doivent cependant rejoindre la prison de Clermont. Les dernières prisonnières quittent la maison centrale de Doullens en septembre 1891.

On décide alors de créer à Doullens une maison pour jeunes filles. En janvier 1892, la citadelle devient une maison pénitentiaire réservée aux  filles, aux femmes de petite vertu.

Il faudra attendre un peu pour que cela puisse être effectif. L’établissement de Cadillac qui avait cessé ses fonctions à la fin de 1894, est remobilisé provisoirement car les travaux d’aménagement de Doullens ont pris du retard. L’administration se demandait s’ils seraient terminés avant la fin 1895, ce qui sera officiellement le cas jusqu’à la veille de la Grande Guerre. Les mineures envoyées en correction pour « vagabondage » (prostitution) seront principalement placées dans « l'Ecole de préservation de Doullens ».