de Doullens La citadelle

Association la Citadelle

Association LaLa citadelle

Demain, la citadelle

Retrouvez-nous aussi, contactez-nous sur : Nos liens | Mentions légales
Accueil l'association La citadelle Evénements boutique nous joindre
E-mail: contact@lacitadellededoullens.fr

Les religieuses qui avaient la charge éducative et de la bonne conduite au 19ème  ne feront plus parties  du périmètre « pédagogique » . L’établissement devient laïc en conformité avec l’évolution nationale de 1905.  La citadelle devient ainsi une institution publique d’éducation corrective : ateliers industriels, section agricole….de nouveaux travaux sont effectués pour rééduquer les femmes. Un dispensaire prophylactique pour les vénériennes, une maternité avec une pouponnière et quartier spécial dit quartier correctionnel sont progressivement mis en place. E, clair, les femmes accouhent à la citadelle et vivent incarcérées avec leur enfant.


Évasions, remise en cause du site, l’histoire de la citadelle est mouvementée..En 1911, on comptait environ 300 femmes  emprisonnées à la citadelle

Lors de la  PREMIERE GUERRE MONDIALE, la prison est mobilisée par les militaires de toutes nations et pour y accueillir notamment un hôpital français puis canadien dont des salles d’opération. Doullens est en effet un lieu stratégique assez proche du front. En 1918, l’hôpital subit un bombardement allemand faisant de nombreuses victimes.

Le bilan humain et matériel est lourd. Tous les occupants du 3ème étage u bâtiment accueillant les salles d’opération est bombardé malgré les croix qui indiquent la localisation de l’Hôpital. D nombreuses personnes sont tuées. Au total, on dénombre 23 soldats tués, deux médecins et trois infirmières. Le bilan aurait pu être plus lourd sans l’intervention du personnel, des soldats. Il faut ajouter dans les semaines suivantes 6 soldats qui succombèrent à leurs blessures et seize préposés aux soins, brancardiers et plantons. On dénombra également 17 blessés. La bombe, estimée à 1 tonne, est une bombe incendiaire lancée à 6000 pieds environ. C’est un acte délibéré. Le bloc chirurgical est ainsi anéanti alors qu’une opération était en cours. Les deux médecins et les trois oiseaux bleus (infirmières canadiennes) ont péri comme l’officier qui était sur la table d’opération ainsi que les soldats qui attendaient dans la pièce adjacente.


A l’armistice, une maison de préservation fera son retour afin de donner une éducation aux jeunes femmes prises en charge par l’assistance publique et de lutter contre la délinquance » bien que le coût de la remise en état fait un temps planer le doute d’une fermeture au profit d’autres sites en France dont Cadillac et Clermont.

Finalement, la maison de Doullens continuera à fonctionner jusqu’à la Seconde Guerre Mondiale après d’importants travaux. Les bâtiments, notamment la maternité, l’infirmerie seront reconstruits tout comme la redéfinition de certains quartiers notamment celui des syphilitiques qui ne proposaient pas assez de place. Entre 1929 et 1931, une commande sur les prisons et de l’institution pour mineures relevant du ministère de la Justice nous permettent de découvrir de nombreuses  photos de la vie quotidienne à la citadelle. En voici quelques extraits, d’autres sont à visionner dans l’onglet espace documentaire.

Le personnel médical canadien