de Doullens La citadelle

Association la Citadelle

Association LaLa citadelle

Demain, la citadelle

Retrouvez-nous aussi, contactez-nous sur : Nos liens | Mentions légales
Accueil l'association La citadelle Evénements boutique nous joindre
E-mail: contact@lacitadellededoullens.fr

Début soixante, l’ancienne prison ouvre de nouveau ses portes et reçoit du public, un lieu mobilisé contre toute attente. Les Harkis vont occuper les lieux pendant quelques années. Cette partie mérite un travail de mémoire en profondeur, une ancienne prison désaffectée, on aurait pu trouver mieux.

Après 1964, elle est de nouveau fermée avant qu’en 1968, la citadelle se transforme en studio cinéma. Le réalisateur et scénariste français, Guy Casaril tourne en effet l’Astragale, roman qui rappelle par la fracture du pied l’évasion d’Albertine Sarrazin. Le film tournée sort à la fin de la même année.



Au box-office, le film s’approcha de la barre des 2 millions de cinéphiles, 1.875.409 entrées en France. A noter que le film sera interdit aux moins de 18 ans à sa sortie. Ce qui est le plus rageant, c’est l’état de la prison qui était encore excellent,une rénovation effectuée pour le ffilm que l’on a pas su préserver.

Les acteurs principaux tourneront et seront présents à Doullens comme Marlène Jobert.

Les années 70 marquent le déclin de la citadelle, une véritable friche que des passionnés, les amis de la citadelle porteront à bout de bras, faisant un important travail de bénévoles tout comme la mise en place par la communauté de communes d’un chantier d’insertion qui a permis d’entretenir les espaces verts alliant solidarité et engagement citoyen. Malgré ces efforts qu’il faut saluer, la citadelle tombe , faute d’une prise de conscience publique conséquente,  dans un état particulier. Il est plus que temps d’agir, de nombreux bâtiments ont déjà disparu, d’autres sont durement touchés par le temps.


C’est dans cette logique qu’aujourd’hui l’association la citadelle s’est constituée avec les forces vives de la société civile pour se mobiliser dans la recherche, l’investissement, pour concourir à la sauvegarde de la mémoire, des patrimoines.


Le département de la Somme s’est engagé également au travers la création d’un  EPCC réunissant 3 sites majeurs de la Somme dont Samara et Ribemont. Doullens  devrait ainsi retrouver un peu de couleurs mais ce chantier est gigantesque. L’avenir du site passera par une prise de conscience de ce riche passé, la réussite nécessite une prise en compte de toutes les forces et des projets de valorisation, ce monument appartient aux citoyens.