Témoignages - la citadelle de Doullens

Ancien Tribunal
Mairie de Doullens
80600 Doullens
les fortifications de Doullens
LA CITADELLE
Aller au contenu
Musée Virtuel > Nos archives
Témoignages

Thomas Louis Tremblay

Né à Chicoutimi, le 16 mai 1886, Thomas-Louis-Eugène Tremblay. Dès 1901, il servait dans la 6eBatterie d'artillerie avant de s'nscrire au Collège militaire royal de Kingston (Ontario) en 1904.  Le jeune ingénieur se présente en août 1914 au camp de Valcartier avec son unité.  Le 12 mars 1915, à l'âge de 28 ans, il est nommé commandant en second du 22e Bataillon (canadien-français) avec le grade de major.
Après plusieurs mois d’entraînement, c’est le départ du Canada pour l’Angleterre en mai 1915 où se poursuivra l’entraînement de l’unité.  Le 15 septembre 1915, le 22e Bataillon (canadien-français) quitte Folkestone pour Boulogne (France).  Arrivée en secteur des tranchées le 20 septembre, près de Kemmel, dans le saillant d’Ypres, le 22e Bataillon (canadien-français) et le major Tremblay y demeureront jusqu’à la fin du mois d’août 1916.  Tremblay prendra officiellement le commandement du 22e Bataillon le 26 février 1916 et il sera promu Lieutenant-colonel.  Après la guerre (1922), Tremblay retourne à la vie civile et occupe le poste d’ingénieur en chef et de directeur du Port de Québec jusqu’en 1936.  Dans les premières semaines de la Deuxième Guerre mondiale,  Il reprend du service actif en tant qu’inspecteur-général. IL décéde le 28 mars 1951.
Il obtient de nombreuses décorations et distinctions, dont l’Ordre du Service Distinguée, Compagnon de l'Ordre de Saint-Michel et de Saint-Georges, Croix d'officier de la Légion d'honneur de France....

Thomas Louis Tremblay fut le témoin du bombardement de l'hôpital Canadien en mai 1918 alors qu'il était soigné sur place. Il laise dans ses mémoires un témoignage remarquable de la cotadelle.

"j’ai été témoin d une scène odieuse, je venais de me coucher dans ma hutte lorsque j entendis tonner les canons anti aériens… j’ai cru que les aéroplanes boches venaient comme les soirs précédents jeter les bombes sur la gare de Doullens et le long du chemin de fer mais a ma grande surprise, plusieurs explosions ont produits une secousse tellement forte que les planches de la couverture du toit de ma hutte me sont tombées sur la tête… tout semblait normal… j’entendais le bruit des moteurs allemands volant au dessus de nos têtes et de temps en temps les projecteurs électriques nous faisaient voir les oiseaux ennemis poursuivis par  nos canons aériens la nuit était très belle, j’étais installé dans mon fauteuil à la porte de ma hutte tout en fumant ma pipe. Je suivais le combat ou plutôt la chasse aérienne avec espoir qu’un de nos obus abattrait un de ces sales cochons qui venait nous déranger dans notre sommeil… j’ai aperçu une colonne de fumée s’élevant des bâtisses de notre hôpital ou des centaines de patients sont sous traitements, quoiqu’ en pyjamas, j ai couru sur les lieux pour voir une scène horrible, le bâtiment de 3 étages était en feu avec 300 blessés à l’intérieur, la plupart gravement, qui ne peuvent se sauver… il n y a qu’un escalier en bois et c est précisément la que le feu fait rage… Le sauvetage est organisé rapidement »


Prochainement de nouveaux témoignages !
Nous contacter
0603848398 (Patrick Bouffel)
0684044665 (Fabrice Dehaene)
contact@lacitadellededoullens.fr

Actualités Reprise de la coupe de bois cet hiverRénovation de bâtiments en préparation Visitez notre page facebook

Retourner au contenu